ceris-a.gif (3920 octets)

Classe-TV

EDUCATION AUX MEDIAS EN CLASSE

une idée de
Freddy Landry et Jean Martenet
Production

SRT-NE

 

forge1.gif (22273 octets)


Play | Pause

 

ceris-c.gif (7524 octets)

 

 

 

 

ceris-b.gif (3933 octets)

forge3.gif (16872 octets)  

analyser un film
et
visionner ce que d'autres élèves ont dit,
en découvrant les mêmes images.


Classe-TV 0, maquette, CESCOLE,
classe de P-A. Brand, 16mn

Classe-TV 1, collège des Cerisiers,
classe de A. Allisson, 13mn

Classe-TV 2, collège des Forges,
classe de L. Huguenin, 24 mn

 

forge2.gif (18831 octets)
Pourquoi je réalise Classe-TV...

Au cours de dix-huit ans passés à enseigner les moyens audiovisuels, je n'ai pu que constater la chute de l'attention, de la concentration des élèves...

En 1978, le Cuirassé Potemkine était reçu avec émotion et respect.
En 1996, ce même film était jugé  "le plus chiant de l'année, noir blanc, muet...".

Un naufrage.

D'un côté, des médias de plus en plus performants, pour recueillir des parts de taux d'écoute auprès du public exigeant de la zap generation...
De l'autre, des profs qui, tant bien que mal, tentent d'apporter quelques notions de langage des médias.

Le combat était inégal, que valaient mes mots face aux images du plaisir, du rythme et du "fun"...

J'ai démissionné, remis mon cours à de plus jeunes collègues et me suis lancé dans la réalisation vidéo.

Quand Freddy Landry et Jean Martenet sont venus me chercher pour réaliser CLASSE-TV, j'ai tout de suite accepté de repartir au combat. Armé cette fois de ma caméra et de films, dans un langage vif et rythmé, mais qui suscitent la réflexion plutôt que la consommation.

Classe-TV peut devenir un miroir de la Télévision, une réponse réaliste et démocratique des jeunes téléspectateurs face aux heures d'émissions qu'ils ingurgitent, souvent sans le moindre esprit critique, l'école les préparant mieux à analyser Nerval, que le Téléjournal.

Denis Maurer